JULIEN BRIFFAZ – Moitié de TËKEL, BOT’OX et SABRINA ET SAMANTHA


11
/
07
/
17

Pour situer Julien Briffaz, c’est ça : 

et ça :

Mais aussi ça : 

Mettez vous dans la peau d’un producteur de musique électronique pendant l’espace de 25 minutes. Essayez de comprendre sa façon de voir le son des années 90 à maintenant avec ses hauts et ses bas. Son évolution dans le succès et face à l’échec. Comment on se pose devant son ordi et que la graine créative puisse s’exprimer. Les interrogations devant la reconnaissance et les questionnements face au aux bides.

Julien Briffaz c’est certainement l’exemple type du producteur compositeur qui comme beaucoup a appris tout seul à faire de la musique pour soit et pour les autres. Tout d’abord, membre du groupe Tëkel, ensuite de Bot’ox avec Cosmo Vitelli, le voici reparti dans une nouvelle aventure avec Laurent Bardainne, membre actif du groupe Pony Hoax. Désormais, nous les appèlerons Sabrina et Samantha, tout comme ces deux chanteuses des années 80 aux attributs plus que généreux. 

On peut dorénavant dire que Julien a les pieds sur terre et qu’il a appris de ses erreurs de jeunesse, notamment dans le domaine de la communication. Alors n’hésitez pas à écouter cette interview très instructive, notamment en fond sonore au bureau, ou bien téléchargez-là afin d’apprécier notre discussion pendant votre trajet en voiture (ou quand vous avez l’occasion quoi…). Bonne écoute !

DÉCOUVREZ MAINTENANT SES ARTISTES PRÉFÉRÉS POUR : 

Faire de la zic:
Dirty mind de prince. l’album définitif à mon humble avis. Et le son de batterie que j’aimerais avoir partout, tout le temps!

Cracher dessus :
La critique n’est pas dans ma nature. Chacun fait comme il peut et s’assume, et cracher c’est jamais très constructif.
Le seul truc que j’aime sentir ce que l’artiste fait sa musique de manière honnête, à partir de là tout est permis

S’enjailler : 
Je parles pas le jeune, ni le québécois. (ndlr : voir le wiky du terme s’enjailler ?)

Ne pas comprendre son succès :
Guns n Roses. Jamais compris, jamais écouté, jamais aimé !

Se déguiser tout comme et assumer :
Certains trucs de funk de la fin des années 70. Parce que ça joue quand même très bien même si les looks sont un peu dangereux.

Se défoncer :
Lee scratch Perry. C’est un génie mais le mec a quand même mis le feu a son studio pour le « purifier » o_0

Écouter en ce moment : 
Juliette Armanet. Je trouve que cette meuf a un vrai truc, et en plus elle est mignonne quand elle chante <3

Fredonner toute la journée :
Malheureusement ma propre musique. Dur de se sortir un morceau de la tête quand tu as bossé dessus pendant 5 heures…

Se rappeler de son enfance :
Ma mère adorait Véronique Sanson. Du coup moi aussi (cf Juliette Armanet)

Faire du cul :
D’angelo ou Plastikman selon l’ambiance

Écouter avec des potes : 
Can. A écouter sans parler avec des potes qui aiment bien l’opium.

Faire chier les connards :
Bad brains (avec le volume sur 11)

MERCI JULIEN ET À TRÉS VITE !